Retour

Affiche Le mot de la Présidente

Le mot de la Présidente

    Audaces, intuitions, fulgurances : cette saison, à l'Opéra de Lille, ce sont de jeunes compositeurs qui se donnent à entendre. Georg Friedrich Haendel, 22 ans. Gioachino Rossini, 25 ans. Richard Wagner, 30 ans. Avec Arsilda, c'est l'une des toutes premières compositions de Vivaldi pour l'opéra qui sera présentée. Si leurs œuvres ont su avec allégresse traverser les siècles, ont continué à fasciner, à inspirer et à émouvoir, c'est peut-être que les porte la fougue initiale de leur éternelle jeunesse. Les promesses des jeunes compositeurs d'aujourd'hui méritent elles aussi toute notre attention -comme Arthur Lavandier-, ou la fraîche émergence d'un opéra arabe portée par le Palestinien Moneim Adwan. Laissons-nous emporter, et rêvons, avec eux, à un avenir qui défie les prédictions.
    Qui aurait ainsi pu imaginer que la danse qu'on dit contemporaine aurait un jour ses pièces de répertoire ? Que les révolutions soufflées par Anne Teresa De Keersmaeker, Maguy Marin ou Lucinda Childs auraient un jour valeur de classiques ? Loin de se figer dans leur temps, ces pièces traversent les décennies sans rien perdre de leur élan novateur.
    Le temps de la musique -battu, compté, mais jamais capturé-, le mouvement de la danse -cercles, spirales, envolées- façonnent donc cette saison 2016-2017 à l'Opéra de Lille, placée sous le signe d'une jeunesse bouillonnante qui se moque bien des âges et des époques.

    Marion Gautier
    Présidente de l'Opéra de Lille, Adjointe au Maire de Lille, Déléguée à la Culture

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée