Retour
Grand'ham :
internet pour les malvoyants

    Article paru dans "L'Union" et "L'Ardennais" du 27 Juin 2007.

    Créée à Grand'ham, l'association Lire aussi développe l'accessibilité des informations aux malvoyants profonds. Une cyber-plate-forme devrait s'y installer dans les prochains mois.

    GRAND'HAM, petite bourgade de 50 âmes, bien difficile à dégoter par le non-initié à travers la lande du canton de Grandpré. C'est pourtant au creux de ce douillet nid, qu'a choisi de naître l'association Lire aussi. "Ma famille est originaire de Grand'ham depuis cinq générations, et le village est battant pour la cause des besoins de communication écrite voyants/malvoyants, il fallait que ça se passe ici", relève Claude Chaillet, présidente de l'association.
    Dédiée à l'accessibilité de l'information aux malvoyants profonds, le nouveau né propose sur le site de l'Eurafecam -www.eurafecam.org- des pages adaptées d'informations sur la région et une impression braille à la demande.
    "Nous avons déjà mis en ligne plus de 13 600 fichiers", indique Christelle Delorge, responsable du serveur.
    Outre la synthèse vocale, la taille modulable des caractères et la traduction en braille disponible sur le site grâce au logiciel graph'braille téléchargeable gratuitement, l'information elle-même est adaptée. "Donner à une personne aveugle une notion de couleur par une trame ou une légende, c'est important", illustre René Legai, secrétaire de l'association. "On estime à 1 pour 1 000 le nombre de personnes aveugles et 1 pour 100 celui des malvoyants. Cette estimation ne tient pas compte des personnes âgées".

    Matériel spécifique :
    "Tout ce qui va dans le sens de permettre un meilleur accès à l'information est profitable et satisfaisant", souligne Guy Vengud, président départemental du GIHP, Groupement pour l'Insertion des personnes handicapées, atteint lui-même de cécité. "Certains sites produisent des images, mais si personne ne nous explique ce qu'il y a dessus, ça ne nous dit pas grand-chose. Avoir un site unique et adapté qui centralise les informations nous évite d'être renvoyés sur une multitude de serveurs non-équipés". Au-delà, l'accessibilité a internet passe par la possession d'un matériel spécifique. Compter 6 000 € pour un ordinateur avec synthèse vocale et traducteur braille et 4 500 pour une imprimante braille. La remarque n'était pas lancée aux quatre vents. "J'apprends le coût de ce matériel et je vais voir quelles aides peuvent être développées", commente le député Jean-Luc Warsmann. "A ce tarif, il est certain que cet équipement n'est pas accessible aux personnes à qui il s'adresse".
    D'ici là, Lire aussi œuvre également pour l'adaptation des cyber-centres à travers la Champagne-Ardenne, avec le soutien de la région, par la spécialisation d'une machine et la formation d'un animateur. Dès que Grand'ham accédera au haut-débit, la ville s'équipera d'une plate-forme à disposition de tous, malvoyants ou non, avec ordinateur et imprimante. "Nous avons déjà les financements grâce au soutien de la fondation Orange", conclut Claude Chaillet. "Le projet devrait se concrétiser dans les prochains mois".

    Audrey Benzaken

Amblyopie : moins de 4/10ème de vision après correction

EURAFECAM : Association Européenne de Formation et d'Echanges Culturels pour les Aveugles et Malvoyants

www.eurafecam.org

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée