Retour
Plan en Braille des transports de la CUA
Un coup de pouce aux malvoyants

    Article paru dans "L'Avenir de l'Artois" du 7 Novembre 2007.

    Neuf jeunes hommes, membres du Rotaract d'Arras ont créé un plan en Braille du réseau de transport de la CUA, à destination des non-voyants et des personnes ayant un handicap visuel.

    Réunis samedi soir dans la salle Robespierre d'Arras, les membres du Rotaract d'Arras (le rotary pour les jeunes de moins de 25 ans) ont présenté un plan en braille des transports de la CUA, communauté urbaine d'Arras.
    Travaillant depuis deux annnées sur cette entreprise intitulée "Un moyen de voir" et ceci en étroite collaboration avec EURAFECAM, Association Européenne de Formation et d'Echanges Culturels pour Aveugles et Malvoyants, ces jeunes Arrageois avaient pour objectif de faciliter la vie des personnes victimes de déficience visuelle.

    Un projet bien ficelé :
    "Nous avons édité cinquante classeurs qui reprennent tous les détails du réseau Artis. Ceux-ci seront disponibles gratuitement dans les lieux dits stratégiques comme à la gare ou à la mairie. Réaliser un plan en Braille pour ces personnes handicapées est un travail délicat car le dessin n'est pas fait pour le doigt. ll a donc fallu faire des schémas succincts avec un budget d'environ 14 000 euros", explique Hugues Lambin, l'un des neuf membres du Rotaract et initiateur du projet.
    Denise Bocquillet, première adjointe déléguée aux affaires sociales et à la santé à la mairie d'Arras se disait, elle aussi, très heureuse. "Ces jeunes nous ont montré qu'il fallait s'ouvrir aux autres à travers un projet mûri, ils ont su trouver les mots pour nous convaincre mais aussi pour aller chercher des sponsors. Cette initiative est un bel exemple de ce que l'on doit faire pour lutter contre ce type de handicap".

    Un gros bémol :
    Invité, lui aussi, à venir prendre la parole, René Legai, président de l'EURAFECAM ne pouvait s'empêcher de noter un bémol dans toute cette générosité. "Ces jeunes ont fait un très joli travail et il faut les féliciter mais je suis tout de même déçu. Déçu, parce que les commerçants arrageois n'ont quasiment pas adhéré à ce projet, à l'inverse de ce qui est fait à Lille depuis quelques mois où certains commerçants n'hésitent pas à aider les malvoyants à faire leurs achats. Il faut savoir qu'une personne sur 1 000 est aveugle et qu'1 % de la population française souffre de difficultés visuelles profondes".

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée