Retour
Le Rotaract a présenté le premier
plan en Braille des transports
de la CUA

     Article paru dans "La Voix du Nord" du 4 et 5 Novembre 2007.

    Hier soir, dans la salle Robespierre de l'Hôtel de Ville, le Rotaract, la déclinaison du Rotary Club pour les 18 - 30 ans, a lancé le premier plan en Braille des transports de la Communauté Urbaine d'Arras. Composés de neuf membres et présidé par Alban Heuselle, le Rotaract a pour devise "la camaraderie par le service". Cette action envers les non-voyants et les personnes avec des problèmes de vision s'inscrit parfaitement dans cette optique.

Le premier plan en Braille des transports
de la Communauté Urbaine d'Arras

    Comme leurs aînés du Rotary, le Rotaract entend développer le service par l'amitié. Neuf jeunes Rotariens arrageois ont créé, au bout de deux ans, le premier plan en Braille, du réseau Artis de la Communauté Urbaine d'Arras, à destination des non-voyants et des personnes avec des problèmes de vision.

    "Niveau transport, rien de concret n'existait pour les non-voyants, dans la CUA, afin de les informer".
    "Selon l'INSEE, une personne pour mille habitants est non-voyante et une personne pour cent habitants connait des problèmes de vision. Question transport, nous nous sommes aperçus que rien de concret n'existait pour eux au niveau de la Communauté Urbaine d'Arras (CUA)" explique Hugues Lambin, membre du Rotaract Club.
    En partenariat avec l'Association Européenne de Formation et d'Echanges Culturels pour Aveugles et Malvoyants (EURAFECAM) basée à Lille, le club arrageois a décidé, il y a deux ans, de lancer le projet d'un plan en Braille. Le tout avec un budget de 14 000 €. "Nous avons testé nos plans de tansport dans la CUA avec plusieurs non-voyants. Ils étaient très satisfaits. Ce service ne leur avait été jamais proposé jusqu'à présent. Pour ces personnes, il faut savoir que, partir rue Gambetta pour prendre la direction de la gare, c'est comme si nous allions d'Arras à Marseille. C'est un voyage qu'on ne peut pas faire à l'aveuglette. Il s'agit, pour eux, d'une véritable expédition".
    Cinquante classeurs ont été édités avec les plans des quatorze lignes du réseau Artis, également partenaire du projet au côté d'une banque et de la Communauté Urbaine d'Arras. Les cartes horaires seront disponibles très prochainement. Les livres seront proposés dans les secteurs clés de la CUA : gare routière et SNCF, mairie, préfecture... "Nous les enverrons gratuitement, par courrier, aux personnes qui le souhaitent", précise Alain Mortreux, vice-président du Rotaract.
    Après deux années de travail, ce beau projet, intitulé "un moyen de voir", a abouti mais pas question de laisser en jachère pour les jeunes Rotariens. "Artis change, chaque année, ses lignes et ses horaires. Nous ferons attention à tout actualiser régulièrement via le site www.eurafecam.org. Cette adresse internet utilise de gros caractères, afin de faciliter la lecture des personnes rencontrant des problèmes de vision".

    Rotaract, le Rotary jeun's :
    Un premier Rotaract a vu le jour à Arras dans les années quatre-vingt. Créé à l'époque par Thierry Spas, actuel adjoint aux sports à la mairie d'Arras, cette déclinaison du Rotary, pour les 18 à 30 ans, a duré jusqu'en 1985. Pour revoir le jour en décembre 2001. "C'était dommage qu'il n'existe plus un tel club dans une ville comme Arras. Nous avons tenu à le relancer, explique Alain Mortreux, 25 ans, vice-président. Toujours avec cette notion de l'amitié par le service". Neuf membres à majorité masculine, dont la plupart des parents sont des Rotariens, le composent. Ils se réunissent, tous les quinze jours, au Carnot. Après le projet de livre en Braille, le Rotaract compte développer une action "boire ou conduire" et une collecte de lunettes pour les pays défavorisés.

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée