Retour
Un plan d'Arras en Braille et une ville
à découvrir du bout des doigts

    Article paru dans "La Voix du Nord" du 11 Juillet 2006.

    Prendre le bus, se promener dans le centre-ville, faire ses courses, se rendre au guichet d'une banque ou d'une administration... autant de gestes et de faits du quotidien qui doivent vous sembler tout ce qu'il y a de plus banals, mais qui peuvent, lorsqu'on est atteint de déficience visuelle, prendre l'allure d'un vrai parcours du combattant. C'est pourquoi des mal et non-voyants testent depuis quelques semaines la fiabilité de plans d'Arras et de sa communauté urbaine en Braille. Une initiative à mettre à l'actif des membres du RotarAct.

    L'an dernier, ils avaient collecté et envoyé un mètre cube de paires de lunettes à un orphelinat de Sao-Paulo, au Brésil. Ils avaient aussi cherché et trouvé le moyen d'accompagner la campagne Nez Rouge, lancée au profit du financement de la recherche sur les maladies orphelines... Hugues, Antoine et Pierre ont entre 20 et 24 ans. Comme leurs pairs (et parfois pères) du Rotary, ces responsables arrageois du RotarAct ont l'altruisme chevillé au corps. Aujourd'hui, c'est à l'accomplissement d'un autre projet, tout aussi habillé de philanthropie, qu'ils travaillent. En collaboration avec les associations EURAFECAM et Valentin Haüy(1), ils entendent mettre à la disposition des personnes souffrant de cécité ou de déficience visuelle des plans pratiques, en Braille, d'Arras et de sa communauté urbaine. "Des plans par quartier, mais aussi toutes les adresses et les informations utiles à leur intégration dans la ville de la cité".
    Cher projet. Dans tous les sens du terme. Tests, communication, saisie et impression des documents en Braille et hébergement de ces informations sur un site internet, qui serait rendu lui aussi accessible aux mal et non-voyants à la grâce d'un logiciel (...), "il y en a pour 14 000 €". Pas de quoi freiner l'ardeur du trio, quand bien même, dans leur quête de subventions et de sponsors, Hugues Lambin, Antoine Tenaille et Pierre Mortreux ont eu à se heurter à pas mal de réticences, sinon, pis, à de l'indifférence. "On s'est fait envoyer sur les roses par une association de commerçants". Ils n'ont pas peur de le dire car ça leur est un peu resté en travers de la gorge... Pour autant, ils ont été nombreux à leur faire confiance. Artis, par exemple, à qui la CUA a délégué le réseau de transports en commun, et plusieurs entreprises du secteur, leur ont ainsi donné un coup de main... Et le plan d'Arras, version Braille, actuellement testé grandeur nature, devrait être disponible en décembre.

    En chiffres : pour 1 000, la proportion d'aveugles en France. 1 pour 100, la proportion de mal-voyants.

(1) Basée à Lille, EURAFECAM est spécialisée dans l'adaptation et la mise en relief des graphes et l'initiation des mal et non-voyants à leur compréhension. Quant à l'association Valentin Haüy, du nom d'un notable Picard qui, au XVIIIème siècle, fut parmi les premiers à s'intéresser au devenir socioculturel des aveugles, elle est reconnue d'utilité publique et est souvent sollicitée pour son expertise dans l'accessibilité des transports aux aveugles.

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée