Retour

10 ans au service des
personnes vulnérables

Hier :

    1999 :
    L'instance gérontologique de la Ville de Lille a commencé à s'intéresser à la prévention de la maltraitance des personnes âgées. Lorsqu'Alma France s'est développée, cette instance a rejoint le réseau et a ajouté les écoutes téléphoniques à ses missions : naissance d'Alma Lille.

    2004 :
    Le maire de Lille, Martine Aubry, se rend compte que les situations traitées par Alma Lille dépassent largement la Ville et parfois même le département. Elle propose à Monsieur Murignieux, responsable de plusieurs associations, de revoir l'organisation d'Alma Lille et de la transformer en association régie par la loi de 1901. Création de l'association Alma Nord qui commence un partenariat avec les collectivités territoriales du département du Nord.

    2008 :
    Les bénévoles de l'association estiment que la seule écoute téléphonique est insuffisante pour prévenir et lutter efficacement contre la maltraitance. L'association décide d'agir effectivement sur le terrain, au plus près des situations de violence, en accompagnant les victimes et les aidants, en partenariat étroit avec les acteurs de proximité : famille, travailleurs sociaux, médecins, responsables d'établissement, CLIC, CCAS, DASS etc...
    L'association modifie en conséquence ses statuts et devient l'association ALM'AGE, Association pour la Bien-traitance des Personnes Vulnérables, tout en continuant de souscrire à la charte éthique d'Alma France.

Aujourd'hui :

    2010 : De nouvelles pratiques

    La régionalisation :
    Parallèlement à la création des Agences Régionales de Santé et au regroupement des Directions Départementales de l'Action Sanitaire et Sociale, Alm'age modifie ses statuts et devient Association Régionale pour la Bientraitance des Personnes Vulnérables, partenaire reconnue des départements du Nord et du Pas-de-Calais pour la prévention et la lutte contre les maltraitances et pour la promotion de la Bientraitance des personnes vulnérables. Elle est associée aux schémas départementaux d'organisation sociale et médico-sociale et à l'Observatoire Départemental des maltraitances.

    Dépasser la seule écoute :
    Les membres de l'association sont convaincus de l'importance du travail de médiation et veulent aller plus loin dans les relations qu'ils ont déjà avec les partenaires de proximité pour agir au plus près des victimes : familles, victimes elles-mêmes, personnels de direction d'institution, CLIC, CCAS, etc... Dans le but d'agir au plus près des victimes, des membres de l'association peuvent se rendre là où une présomption de maltraitance a provoqué l'appel à Alm'age, avec accord des victimes et des familles.
    Ainsi, une famille a alerté Alm'age parce qu'il y avait eu une erreur grave dans le traitement médical donné à un proche diabétique accueilli en EHPAD. En accord avec la famille, l'association a alors contacté la direction de l'établissement, a donné l'alerte sur ce qui était arrivé. Le but n'était pas de stigmatiser, de jouer le rôle d'inquisiteurs, mais d'assurer une médiation afin de permettre le dialogue entre les protagonistes. La direction de l'établissement, qui était informée des nouvelles missions de l'association, a accepté qu'un bénévole intervienne pour expliquer à la famille les causes de cette erreur, mais aussi les dispositions prises par la direction pour que l'erreur ne se reproduise plus avec le concours d'Alm'age, dans le cadre d'un plan de formation à la bientraitance au bénéfice du personnel de l'établissement.
    Si les retours sont très satisfaisants, ils restent encore modestes car l'association ne compte qu'une dizaine de bénévoles, ce qui limite les possibilités de déplacements. Cependant, ces initiatives bien reçues constituent avant tout une source de motivation, et peuvent être le moyen d'attirer de nouveaux bénévoles désireux de s'engager pour la bientraitance des personnes vulnérables et avoir des activités d'accompagnement au plus près des situations de violence en coordination avec I'action d'autres associations comme les Petits Frères des Pauvres, par exemple.

    La prévention : un travail essentiel
    L'association est consciente que la prévention repose d'abord sur une action continue, régulière d'information et de sensibilisation du public et des professionnels intéressés par la problématique de la maltraitance. Alm'age est de plus en plus sollicitée pour des actions de sensibilisation par les établissements, les mairies, les infirmières et les associations d'aide à domicile. C'est un travail de prévention majeur qui allie concertation avec les acteurs de proximité, information du public.
    Des outils de communication ont été réalisés par Alm'age pour faire connaître régionalement l'association et son action : plaquettes, affiches sur mobilier urbain et mailing pour alerter sur la problématique de la maltraitance et pour promouvoir la bientraitance des personnes vulnérables.

Demain :
    L'association espère obtenir les moyens nécessaires pour renforcer ses effectifs, pour multiplier les interventions directes, pour assurer une écoute hebdomadaire permanente au bénéfice des départements du Nord et du Pas-de-Calais, avec l'installation d'un correspondant à Arras. Alm'age est convaincue que la coordination avec les acteurs de proximité sera toujours fondamentale pour assurer réactivité et justesse des réponses proposées.

    Claude Murignieux

Retour

Impression Braille
si vous possédez une imprimante
Braille correctement configurée